Article mis en avant

Un axe scientifique de la MSH-Alpes

Cet axe émergent de la Maison des Sciences de l’homme Alpes a pour but de fédérer des recherches en sciences humaines et sociales, au sens large, et peut s’appréhender de diverses manières, par la philosophie, l’histoire de toutes les périodes, la linguistique, les langues, les lettres, la géographie, le droit… Si la thématique est bien connue, elle a néanmoins l’avantage d’entrer en résonance avec des développements récents dans plusieurs disciplines.
Les premiers ateliers de réflexion interdisciplinaire ont fait ressortir trois thématiques d’approche :

  • Le lexique du politique
  • Le langage sensible
  • Les lieux du langage et du politique

Colloque Le politique est dans la place : discours et usages de places publiques

Les 20 et 21 janvier 2022 Amphithéâtre MSH-Alpes

A / Présentation, exposé des motifs

B / Programme provisoire

A / Présentation, exposé des motifs

Ce colloque sur les places publiques s’inscrit dans l’axe scientifique Langages & Politiques de la MSH-Alpes. La question centrale qui animera les communications sera donc la suivante : comment, dans quel cadre et dans quel contexte la place publique sert-elle à produire et à véhiculer un discours -et donc un langage- politique ?

La place publique sera entendue dans un premier temps dans son sens le plus courant à savoir de « lieu public consistant en un espace plus ou moins large, découvert et le plus souvent entouré de bâtiments publics, où aboutissent plusieurs rues ou avenues, et où ont lieu souvent des activités commerciales, festives ou publiques » (Tlfi, II.A.1 s.v. place). Cependant, pour ne pas restreindre la réflexion à des pratiques liées à l’urbanisme européen moderne et contemporain et à sa diffusion dans le monde, nous pourrons retenir une définition de base plus large, celle d’espaces ouverts et découverts insérés dans la trame urbaine, ce qui permettra d’inclure dans notre réflexion des pratiques de l’espace urbain éloignées culturellement (soit géographiquement, soit chronologiquement) du modèle européen.

Lieu propice aux échanges de toute sorte du fait qu’elle permet, plus que d’autres espaces, la réunion d’un grand nombre de personnes, la place, théoriquement ouverte et accessible à tous, est un lieu d’expression de moments de la vie commune. Par ailleurs, du fait de la centralisation des fonctions communes (politique, économique, religieuse…) qui peuvent la caractériser (du forum romain à la place de l’Hôtel de Ville), du fait de la monumentalisation dont elle peut faire l’objet, la place est aussi un lieu de mise en scène du pouvoir. Elle est donc au croisement d’un côté de la vie commune dans ce qu’elle peut avoir de quotidien, de spontané, ou d’étranger à la vie institutionnelle, et de l’autre côté de l’organisation de l’espace et de la vie civique par la puissance publique. C’est à ce titre – et pas seulement pour des questions pratiques liées à la configuration spatiale – que la place publique peut être investie par la population pour exprimer, plus ou moins spontanément une opinion favorable ou défavorable au pouvoir en place.

Dans cet investissement de l’espace se crée et se développe un ou des langages politiques dont cette journée d’étude voudrait aborder quelques aspects. Nous voudrions étudier les logiques d’usage de l’espace en essayant de faire porter notre attention particulièrement sur les moments où ces usages de l’espace deviennent politiques, c’est-à-dire au moment où ils sont investis d’une charge qui s’exprime à travers différents types de discours : rumeur, violence, rhétorique, détournement… Cette journée sur les places s’inscrit ainsi pleinement dans la problématique centrale de l’axe Langages & Politiques qui est celle de la naissance politique dans le discours, autrement dit encore, sur ce qui rend un discours politique.

Les communications pourront prendre comme objet d’étude n’importe quel espace urbain entrant dans la définition donnée plus haut, quelle que soit l’époque ou la zone géographique concernée.

La journée se déroulera autour de trois problématiques dans lesquelles les communications s’inscriront :

1) Des monuments et des hommes  : cette thématique vise à centrer la réflexion sur la présence concrète des places publiques dans l’espace urbain. Dans la réflexion sur la création d’un langage politique, il s’agira de montrer comment l’architecture, la topographie des places, leur configuration architecturale, la toponymie peuvent se charger d’une signification politique, que l’on se place du point de vue de la puissance publique qui bâtit la place et ses monuments, en prévoit et en norme les usages, en utilise l’espace, le nomme et le contrôle, ou bien du côté du corps civique et des acteurs non institutionnels qui procèdent à des appropriations ou réappropriations de cet espace, en créant des utilisations possiblement divergentes de celles prévues par le pouvoir, en renommant parfois, en allant aussi jusqu’à réaménager, même temporairement, l’espace.

2) La place de l’écrit : si le programme Langage et politique ne se cantonne pas au simple discours politique oral ou écrit, cependant, l’écrit tient une grande place dans la politisation des places publiques. En effet, pour faire le lien avec l’axe précédent, on pourra prendre comme étude la présence de l’écrit sur la place publique, dans le double positionnement qui est le nôtre sur ces questions de discours : à la fois produit par la puissance publique qui encadre ou cherche à encadrer (inscriptions officielles, dédicaces de monuments, affichage public…), mais aussi issu de l’expression spontanée (banderoles, affichages). A ce titre on pourra aussi s’intéresser à la destruction/correction de l’écrit affiché sur la place publique.

Par ailleurs, la place publique apparaît aussi comme un objet d’écrit : elle trouve en effet aussi sa place comme lieu décrit, caractérisé comme politique par le discours littéraire, le texte de presse…

3) Usages politiques de la place  : la place publique par ses dimensions, par la concentration de bâtiments pris en charge par la puissance publique est un lieu privilégié de la mise en scène du pouvoir, de célébrations collectives. Ainsi, on pourra s’interroger sur la manière dont le pouvoir gère, organise, prévoit l’affluence sur les places, quels rôles il réserve à la foule. Parallèlement, la place est aussi un lieu d’occupation spontanée, lorsque la foule s’empare de l’espace. A nouveau la question des usages de la place publique dans ce contexte particulier pourra être pris en considération. Ce pourrait être l’occasion de questionner les modalités de confrontation de ces deux types d’usage, qui peut parfois évoluer en violence, mais aussi faire place à des pratiques de masse résolument non-violentes (performances, sit-in…).

B / Programme provisoire

Jeudi 20 janvier 2022

14h : accueil des participants

14h30-17h00 1ère session : L’agora, place politique par excellence ?

Laura Moscarelli (Docteure en Philosophie, ATER Département de Philosophie d’Aix-Marseille Université, IHP ALLSH) : L’agora de Socrate ou le lieu de la manipulation.

Eléonore Favier (Doctorante au laboratoire HiSoMA, Université Lumière Lyon 2, EfA) : L’évolution de l’organisation architecturale de l’agora grecque à l’époque hellénistique.

Alain Faure (UGA PACTE) : Catéchisme de la proximité, les agoras « actuelles » ? une chimère émergente.

Discussions.

Vendredi 21 janvier 2022

8h30 : accueil des participants

9h00-12h00 2e session : La place lieu de spectacle de la politique

Mellie Mattana-Basset (Doctorante en Langue et Littérature du XVIIe siècle UMR Litt&Arts, centre “RARE-Rhétorique de l’Antiquité à la Révolution) : Le discours d’un chef de guerre en place publique dans Les Aventures de Télémaque de Fénelon.

Olivier Forlin (UGA-LUHCIE) : L’usage politique des places publiques sous le fascisme italien.

10h30 : pause

Nicolas Mathieu (UGA-LUHCIE) : L’épigraphie sur le forum : une mise en scène du pouvoir.

Philippe Tarel (Docteur en Histoire, professeur en CPGE au lycée Champollion) : Fusillés en place publique : l’exécution des six miliciens le 2 septembre 1944 à Grenoble.

Discussions.

14h00-17h00 3e session : Occuper la place pour s’exprimer

Karla Henriquez Ojeda (post-doctorante SMAG-UCL = Social movements in the global age-Université catholique de Louvain) : La rue dans la transformation des protagonistes du changement social.

Arthur Guichoux (Doctorant en science politique à l’université Paris Diderot et ATER en science politique à l’université Rennes 1) : Usages et conflits d’usages pendant les « mouvements de places » 15M, Gezi, Nuit debout ».

Thibauld Moulaert, Helen Klein, Valkiria Amaya(UGA, Sciences Po Grenoble) : Les bancs publics : entre investissement politique et politiques de l’investissement.

Dicussions-conclusions.

Olivier Ihl(UGA, Sciences Po Grenoble) : A confirmer.

Décembre 2019 : un colloque atypique pour lancer l’axe

Afin de synthétiser les travaux des trois ateliers tenus en 2019 et de formaliser l’existence de l’axe émergent, le comité de pilotage a organisé un colloque les 16 et 17 décembre 2019 à la MSH-Alpes. Limité volontairement à des collègues grenoblois, et bien qu’il ai intégré des contributions de forme classique, et des tables rondes, les organisateurs on voulu faire le pari d’un événement original par l’ajout d’une touche de “mise en pratique” du langage sous forme de joutes verbales autour de “focus”. Autre particularité : chacune des trois demi-journées s’est terminée par une séance d’improvisation assurée par le comédien Marc Balmand et son équipe.
L’appel à contribution proposait donc aux intervenant·e·s d’être… contributeur/trice, questionneur/se ou improvisateur/trice !

Le programme se présentait comme suit ; nous vous proposons de découvrir sur ce carnet certaines de ces contributions présentées avec accord des auteur·e·s.

Présentation du colloque

Table-ronde « Lexique »

Orateurs

VERONIQUE JUDE : La persuasion en politique : discours du vrai et du faux

FREDERIC SANTAMARIA : La politique de cohésion de l’union européenne : une approche par l’analyse de discours

SALAM DIAB DURANTON : Variation linguistique et choix lexical dans les discours politiques des dirigeants arabes

Débat animé par les questionneuses et questionneurs : LOUIS AUTIN ET THOMAS BOCCON-GIBOD

Focus « Les bons et les méchants » (joute et improvisation n°1)

Table-ronde « les langages sensibles (I) »

Orateurs

ALAIN FAURE : Faut-il prendre au sérieux les larmes du pouvoir ?

EWA BOGALSKA MARTIN : L’usage du deuil collectif ou la mise en scène de forces obscures en Pologne

Débat animé par les questionneuses et questionneurs : CLAUDINE MOISE, LAURENCE VIANES ET MARIE-CLAIRE FERRIES

Retour improvisé par le comédien MARC BALMAND ET SON EQUIPE

Mardi 17 décembre 2019

Table-ronde « les langages sensibles (II) »

Orateurs

LOUIS AUTIN : Le langage politique de la rumeur : l’exemple de la chute de Galba

CHARLOTTE GUIOT : Nobles bergères et pauvres pastoures. Les figures pastorales dans les représentations du pouvoir au féminin

MARIE-CLAIRE FERRIES : Le corps, nié, dominé ou exemplaire un élément de langage politique à la fin de la république

MARIELLE DEVLAEMINCK : Dire et montrer sur scène quelques exemples de spectacles politiques francophones XIIIe XVIe siècle

Débat animé par les questionneuses et questionneurs ANNA SAIGNES ET VERONIQUE JUDE

Focus « La politique incarnée » (joute et improvisation n°2)

Retour improvisé par le comédien MARC BALMAND ET SON EQUIPE