Atelier « Nommer le peuple à Rome, un acte politique »

13 avril 2021

Intervenant·es : Marion Bellissime (docteure en histoire, langues et littératures anciennes de l’Université Bordeaux Montaigne, spécialiste de Cassius Dion, éditrice des livres 52 et 53 de l’Histoire romaine aux Belles-Lettres), Pedro Duarte (Maître de conférences, Université Aix-Marseille, spécialiste de linguistique et de sémantique latines) et Louis Autin (Maître de conférences, Sorbonne-Université).

Enjeux scientifiques : l’atelier a permis d’apporter une contribution, centrée sur l’Antiquité mais ouverte aux éclairages des époques postérieures, à l’un des thèmes de travail retenus lors de la constitution de l’axe : « le lexique politique et son évolution ». Les premières réunions de l’axe invitaient à interroger, sur ce sujet, les contextes de production (linguistiques, discursifs) du lexique politique, l’existence de lexiques concurrents, ou encore la performativité du lexique. Cet atelier a offert quelques perspectives antiques sur ces questions transversales.
À ce titre, quatre champs de réflexion sont délimités, qui sont bien entendu largement modulables et ne sont pas exclusifs d’autres thématiques :

1) l’évolution diachronique du lexique : comment les termes évoluent en parallèle des évolutions sociales et politiques ? (Par exemple le glissement de sens de plebs et populus pour désigner les seuls citoyens n’appartenant pas aux deux ordres supérieurs : à partir de quelle période ? chez quels auteurs ? dans quelle mesure exactement ?) On peut également ajouter à ce premier point la question de l’anachronisme (par exemple Tite-Live et la désignation du peuple à l’époque alto-républicaine : quel vocabulaire pour désigner ces réalités différentes de celles de l’époque augustéenne ?) ;
2) l’idéologie du lexique du peuple : l’utilisation des lexies chez des auteurs d’idéologie différente (confronter par exemple Cicéron, plus proche des optimates, et Salluste, proche des populares) et par genre littéraire ; la question des connotations positives ou négatives des termes (sont-elles fixes, mouvantes, etc.) ; problématiques d’énantiosémie (au cœur des recherches de Pedro Duarte). Là, il y a un espace qui a été ouvert par l’ouvrage de Claudia Moatti (Res publica. Histoire romaine de la chose publique), qui montre bien que le concept de res publica a toujours constitué un « signifiant flottant » (pour reprendre un terme de sociolinguistique) investi de significations différentes par les acteurs politiques : possible d’étendre cette réflexion au lexique du peuple ?
3) le dialogue et la confrontation avec le lexique grec, tout particulièrement chez les auteurs grecs (historiens) qui traitent des problématiques politiques romaines (Polybe, Cassius Dion, Hérodien… → apport de Marion Bellissime), comment désignent-ils des réalités qui n’ont pas leur équivalent dans la cité grecque (exemple paradigmatique, plebs et sa « traduction » plèthos, qui retrouve peut-être une origine indo-européenne commune, même si la question est débattue) ? Problématiques de traduction, voire de bilinguisme ;
4) le lexique « officiel » et le lexique « parallèle » du peuple : comment les termes institutionnels ou traditionnels pour désigner le peuple (en latin, populus et plebs) sont-ils concurrencés par d’autres lexiques plus expressifs (lexique de la pauvreté, pauperes, proletarii, humiliores… ; lexique de la foule, turba, uulgus, multitudo…) ? Quelles relations entre ces lexiques ? Par exemple pour le vocabulaire de la foule, on pense souvent qu’il témoigne d’un discrédit moral de la part des auteurs et n’a aucune valeur sociologique ou politique (il n’a de fait que très peu retenu l’attention des rares études existantes, cf. Hellegouarc’h ou Yavetz), mais en réalité, il peut se révéler très précis (uulgus chez Tacite = strict synonyme de plebs, à la différence de turba ou multitudo ; désigne la foule qui communique avec le prince dans les institutions impériales → apports issus de la thèse de Louis Autin).

Évidemment, l’atelier n’a pas répondu à toutes ces questions, ni même n’a apporter du matériel de discussion pour chacun de ces axes : il s’agit davantage de pistes de réflexion globales qui peuvent aider à sélectionner les sources les plus intéressantes, et qui pourraient être poursuivies, si le comité de pilotage y trouve de l’intérêt, dans les activités de l’axe au cours du quinquennal. De fait, le sujet offre 1) une certaine actualité, à la fois scientifique (renouvellements en histoire sociale et history from below) et politique (le maniement du lexème « peuple » dans les discours populistes actuels), 2) un manque dans la bibliographie (études rares sur cette question, trop souvent négligées dans les études historiques, ou à renouveler pour les travaux classiques, par ex. Hellegouarc’h) ; 3) un terrain d’étude propice à l’interdisciplinarité, à l’intérieur des sciences de l’Antiquité tout autant qu’avec les historien-nes médiévistes/modernistes/contemporanéistes, les politistes, les linguistes, etc.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Olivier Vallade (17 mai 2022). Atelier « Nommer le peuple à Rome, un acte politique ». Langages&politiques. Consulté le 12 juillet 2024 à l’adresse https://lpol.hypotheses.org/159


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search