Journée d’étude Rem publicam constituere : le paradoxe d’une chose publique à (re)fonder ?

23 novembre 2021

Organisateurs : Marie-Claire Ferriès, Clément Chillet UGA, LUHCIE

Dans le cadre du séminaire République porté par le laboratoire LUHCIE, une des quatre séances annuelles, répondant à la thématique ‘les mots de la République’, a été inscrite dans le programme de l’axe Langages & politiques de la MSH Alpes. Cette séance a été consacrée à l’étude de l’expression romaine rem publicam constituere, que l’on traduit habituellement par « constituer la République ». Les troubles de la fin du premier siècle avant notre ère qui ont abouti à la fois à un remodelage des institutions républicaine et à une toute nouvelle volonté de les fixer par la voie législative, ont donné lieu à une dictature et un triumvirat qui se définirent comme rei publicae constituendae. Outre l’apparent paradoxe lexical d’une « chose commune » qu’il s’agirait de constituer, et qui ne s’imposerait pas d’elle-même comme commune, la réflexion autour de l’expression rem publicam constituere sera à la fois d’ordre lexical (quel est le sens que les Romains donnaient au verbe constituere, quels autres verbes étaient-ils utilisés pour décrire l’organisation de la République ?), mais aussi juridique (qui constituait la République et avec quelle autorité ?) et bien sûr politique (dans quel contexte ressentit-on le besoin de constituer la République ?) L’expression est apparue deux fois dans le titre officiel de magistrats de la République romaine : Sylla fut nommé dictateur rei publicae constituendae, tandis que les triumvirs de 43 a.C. ont pour titre complet : triumviri rei publicae constituendae (et en cela, une réflexion sur l’acte de « constituer la République » croise celle, capitale, de la définition de la dictature à la fin de la République romaine, qui constitue un autre chantier qui sera poursuivi dans le cadre du séminaire sur la République). Apparaissant en période de crise, pendant lesquelles l’État semble être menacé, cette titulature permet aussi d’interroger la manière dont les Romains concevaient la res publica : objet politique qu’il était nécessaire de maintenir, mais dont le status pouvait être réformé, même si c’était sous la forme d’une restitution. Derrière ce syntagme, se cache donc un discours sur l’État que l’étude des circonstances, tant syntaxiques qu’historiques d’utilisation a tenté d’éclairer.

Continuer la lecture de Journée d’étude Rem publicam constituere : le paradoxe d’une chose publique à (re)fonder ?

Atelier « Les mots pour faire peur, un appel à la révolte en 1529 à Lyon (le placard de la Grande Rebeyne) »

21 mai 2021

Intervenant·es : Anne Béroujon, Stéphane Gal (LAHRA)

Loin de vouloir, comme l’affiche paraphrasée par cette annonce, inciter les auditeurs et lecteurs à la révolte, cet atelier s’est proposé de mettre en lumière les mécanismes par lesquels le langage et sa diffusion peuvent susciter l’émotion populaire et enclencher une réponse politique. Mais il s’ est intéressé également aux textes en écho et aux modalités d’expression des acteurs, émeutiers comme notables.

Atelier « Nommer le peuple à Rome, un acte politique »

13 avril 2021

Intervenant·es : Marion Bellissime (docteure en histoire, langues et littératures anciennes de l’Université Bordeaux Montaigne, spécialiste de Cassius Dion, éditrice des livres 52 et 53 de l’Histoire romaine aux Belles-Lettres), Pedro Duarte (Maître de conférences, Université Aix-Marseille, spécialiste de linguistique et de sémantique latines) et Louis Autin (Maître de conférences, Sorbonne-Université).

Enjeux scientifiques : l’atelier a permis d’apporter une contribution, centrée sur l’Antiquité mais ouverte aux éclairages des époques postérieures, à l’un des thèmes de travail retenus lors de la constitution de l’axe : « le lexique politique et son évolution ». Les premières réunions de l’axe invitaient à interroger, sur ce sujet, les contextes de production (linguistiques, discursifs) du lexique politique, l’existence de lexiques concurrents, ou encore la performativité du lexique. Cet atelier a offert quelques perspectives antiques sur ces questions transversales.
À ce titre, quatre champs de réflexion sont délimités, qui sont bien entendu largement modulables et ne sont pas exclusifs d’autres thématiques :

Continuer la lecture de Atelier « Nommer le peuple à Rome, un acte politique »
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search